Le Bureau de tarification auto est là pour fixer une prime et des conditions aux conducteurs ayant eu 3 refus d’assurance ou n’ayant reçu que des propositions de primes à des prix très élevées. Financé par une cotisation fixée à chaque assurance du pays, pour le Fonds commun de garantie belge, ce bureau trouve généralement un contrat concurrentiel. Vous pouvez éventuellement vous faire assister par un courtier dans cette démarche. En dernier recours, il reste l’ombudsman des assurances pour régler tout litige.

Je risque quoi à frauder ou rouler sans assurance ?

La police et la Justice n’ont pas pour habitude d’être clémentes vis-à-vis des conducteurs sans assurance. Et les assurances sont sans pitié pour les fraudeurs. Tenter de réduire sa prime en mentant sur son profil, ou en omettant volontairement de donner des informations pouvant influencer le prix de l’assurance, est une fraude. Tout comme faire assurer une voiture par quelqu’un qui n’en est pas le conducteur principal. L’assurance peut alors refuser de vous indemniser ou vous demander de rembourser tous les frais qu’elle a engagés. Cela peut monter plusieurs centaines de milliers d’euros ! Au niveau judiciaire, rouler sans assurance est passible d’un retrait de permis de 8 jours à 5 ans, d’une amende de 6000 € et jusqu’à 6 mois de prison.